Délégationde La Réunion

Événements de notre diocèse

Réflexions sur la doctrine sociale de l’Église

Par Jacky Tevane, diacre permanent

Il faut bien le reconnaître, la doctrine sociale de l’Église (DSE) est un trésor bien trop méconnu au sein même de l’Église catholique, et, à mon humble avis, c’est vraiment dommage. Pourtant, elle propose une vision réfléchie de la société, en général, ainsi que des objectifs, des principes, des valeurs et des réflexions indispensables pour la mettre réellement au service de la personne humaine.

Que dit la doctrine sociale de l’Église ?

Au cœur de la DSE il y a la personne humaine et le respect de sa dignité. Comme l’a souligné le concile Vatican II, l’homme n’est pas quelque chose mais quelqu’un, une personne, homme ou femme, créée à l’image de Dieu, c’est-à-dire à l’image des trois Personnes de la Sainte Trinité, le Père, le Fils, et l’Esprit saint, unies dans l’amour. La personne est un sujet, et jamais un objet. Alors, me direz-vous, comment assurer avec efficacité le respect de la dignité de la personne humaine ? À cette fin la doctrine sociale de l’Église propose deux objectifs clés : « la destination universelle des biens » et « la promotion du bien commun ».

a) « La destination universelle des biens »

La destination universelle des biens est définie de la manière suivante par Gaudium et Spes (GS) (III, 69) : « Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens de la création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité ».

Donc : équité, justice, charité.
Sommes-nous, dans notre belle île de La Réunion, dans cette optique de « la destination universelle des biens » ? Qu’est-ce que je peux faire, à mon humble niveau, là où je suis, pour apporter plus d’égalité… plus de justice… plus de charité ?

b) « La promotion du bien commun »

Le deuxième objectif est celui de « la promotion du bien commun » que GS (I, 20) définit ainsi : « l’ensemble des conditions sociales qui permettent, tant aux groupes qu’à chacun de leurs membres, d’atteindre leur perfection d’une façon plus totale et plus aisée ».

Il faut donc rendre accessible à l’homme tout ce dont il a besoin pour mener une vie vraiment humaine, par exemple : nourriture, vêtements, habitat, droit de choisir librement son état de vie, fonder une famille, droit à l’éducation, au travail, au respect, à une information convenable, droit d’agir selon la droite règle de sa conscience, droit à la sauvegarde de la vie privée et à une juste liberté y compris en matière religieuse. Toutes ces précisions sont indiquées par GS au paragraphe 22.

Alors, au sein du Secours Catholique, est-ce que je fais ce qu’il faut, avec mes moyens, pour rendre accessible à l’homme tout ce dont il a besoin pour mener une vie vraiment humaine ?

Pour nous, chrétiens, le service de la charité est l’élément essentiel et sa promotion suppose de vivre et de mettre en œuvre cette magnifique doctrine sociale de l’Église encore trop méconnue, cette doctrine qui nous aidera, sûrement, à construire une civilisation de l’amour.

À la question « comment vivre en chrétien dans le monde d’aujourd’hui ? », la référence à la doctrine sociale serait-elle suffisante ? Certainement pas. Avec le concile Vatican II et les grands papes des années 1960-1980 l’Église élargit le champ de la doctrine sociale des origines. Elle se redit accueillante à l’ensemble de la société humaine. Elle affirme la vocation sociale de l’homme dans le monde d’aujourd’hui. Elle se réfère non plus seulement à la doctrine sociale de l’Église au sens strict mais à une notion plus large, celle de la « doctrine chrétienne sur la société humaine » (GS 24).

En conséquence, « le service de la charité » doit être impérativement intégré dans la dynamique d’ensemble de notre démarche chrétienne. Sans ambiguïté, Benoît XVI décline le contenu de cette démarche : « annonce de la Parole, célébration des sacrements et service de la charité » (Deus Caritas Est, 25a). Objectif concrètement illustré en France par l’action « Diaconia 2013 - Servons la fraternité », qui s’est déroulée du 9 au 11 mai 2013 à Lourdes. C’est ainsi que se présente aujourd’hui dans sa plénitude la « doctrine chrétienne sur la société humaine » (GS 23).

Peut-être qu’il est temps pour nous, dans notre diocèse, de mettre en place notre « diaconia » pour répandre la doctrine chrétienne sur la société humaine ?

Jacky Tevane, diacre permanent

Imprimer cette page

Faites un don en ligne

Équipe spirituelle