Délégationde La Réunion

LIBAN : l’appel à la solidarité du Secours Catholique

publié en août 2020

Au lendemain des terribles explosions qui ont dévasté Beyrouth, le Secours Catholique-Caritas France exprime sa solidarité au peuple libanais et à ses partenaires sur place, et se mobilise en débloquant un premier montant de 40 000 euros pour abonder le fonds d’urgence mis en place par Caritas Internationalis.

L’association en appelle à la solidarité pour soutenir les populations sinistrées.

Vos dons pour le Liban peuvent nous être adressés au siège de la Délégation. Ils seront directement affectés pour l’aide apportée par le Secours Catholique à Beyrouth.

C’est une situation apocalyptique à laquelle fait face Caritas Liban après les énormes déflagrations qui ont eu lieu à Beyrouth le 4 août.

« Ce qui s’est passé est une tragédie. En entendant les explosions, nous avons cru que c’était le début d’une guerre », rapporte avec émotion Mgr Abboud, président de Caritas Liban, dont le personnel est immédiatement intervenu pour porter secours aux personnes touchées par l’explosion.

Près de la moitié de la ville a été atteinte par les explosions, selon le gouverneur de Beyrouth. « Tous nos partenaires sur place nous confirment que c’est une véritable catastrophe, avec trois quartiers soufflés et un bilan matériel et humanitaire qui s’alourdit d’heure en heure, souligne Benoît-Xavier Loridon, directeur de l’Action et du Plaidoyer internationaux au Secours Catholique-Caritas France. Avec Caritas Internationalis, nous avons mis en place un fonds d’urgence pour aider immédiatement les victimes. Le Secours Catholique a d’ores et déjà abondé ce fonds à hauteur de 40 000 euros, ce qui va nous permettre de faire des distributions alimentaires pendant un mois. Un autre fonds de solidarité sera mis en place d’ici un mois, et nous apporterons notre soutien à nos autres partenaires en fonction de leurs besoins, mais dans l’immédiat la priorité est de gérer l’urgence. »

Sur le terrain, la solidarité n’a pas tardé à s’organiser, comme le souligne le président de Caritas Liban : « nous avons commencé la distribution de lots alimentaires et de médicaments dès le lendemain de la catastrophe. Nous avons également mis en place deux tentes dans les quartiers détruits, et nous avons sur le terrain des infirmières et des psychologues pour aider les gens choqués. Des couvents et des écoles ont par ailleurs été ouverts pour accueillir ceux dont la maison a été détruite. »

« Au moins 300 000 personnes ont perdu leur maison, indique le père Karam, coordinateur de la région Moyen Orient et Afrique du Nord pour Caritas Internationalis. Il faut leur trouver des lieux pour s’abriter, assurer la distribution de nourriture mais aussi un service médical car quatre grands hôpitaux ont été gravement endommagés dans l’explosion, et les autres hôpitaux sont saturés et n’arrivent plus à accueillir les blessés. Il va également falloir organiser la reconstruction des logements pour que les familles puissent revenir chez elles. »

Au-delà des réponses d’urgence, la reconstruction s’annonce extrêmement difficile dans un pays déjà épuisé par la crise économique, la pandémie de Covid-19 et les conséquences des sanctions économiques imposées à la Syrie.

« Le Liban est dans une situation de crise politique et socio-économique, le système bancaire a été affecté, le pays est en faillite. Tout cela complique énormément la situation », déplore le père Karam.

Face à cette situation exceptionnelle, Caritas Internationalis appelle la communauté internationale à « intervenir de toute urgence et sans condition pour aider la population » et demande « la levée immédiate des sanctions économiques qui pèsent lourdement sur le pays ».

Un grand merci à vous pour vos dons !

Imprimer cette page

Faites un don en ligne